Séjour en établissement de soins - UFC Que Choisir Rambouillet

Conseils - Informations - Enquêtes - Groupes de pression - Traitement des litiges
Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Documentation UFC

Bien préparer son séjour en établissement de soins

Lorsqu’un séjour en établissement de soins est nécessaire, il est utile de bien comprendre ce qui vous sera demandé et de maîtriser les termes utilisés pour que votre séjour se fasse dans les meilleures conditions possibles et pour faciliter votre parcours de soins si des questions venaient à se poser pendant son déroulement.

1/ Avant le séjour :

Lors des visites précédant une hospitalisation (anesthésiste, préparation à l’accouchement, spécialiste…), se renseigner sur les conditions d’hospitalisation : durée prévue, tarifs et « reste à charge » (ce qui ne sera pas remboursé..), documents à fournir. Signaler aussi toute information médicale qui pourrait ne pas être connue des intervenants (incidents, particularités lors de précédentes interventions par ex.)

2/ Les formalités à remplir :

- Il vous sera demandé de compléter un document de contact, où sont indiquées vos coordonnées et les coordonnées de la personne à prévenir, par exemple au moment de votre sortie. Il s’agit souvent de l’accompagnant et sa désignation ne lui donne pas de droit particulier en ce qui concerne les soins que vous aurez à subir.

- Vous pouvez aussi désigner formellement une personne de confiance (ce peut être l’accompagnant mais il s’agit d’un rôle distinct qui doit être formalisé); la personne de confiance accompagne le patient. Elle assiste aux entretiens médicaux. Elle peut conseiller le patient dans ses prises de décisions. Elle doit s'exprimer au nom du patient, et non en son nom. Mais parfois, si le patient n'ose pas ou s’il est sous le choc d'une annonce, elle peut poser des questions que le patient aurait souhaité poser et recevoir du médecin des explications qu'elle pourra répéter au patient. Si le patient est hors d'état d'exprimer sa volonté, aucune intervention ne peut être réalisée sans que la personne de confiance n’ait été consultée, sauf urgence ou impossibilité de la contacter. Il est à noter que le médecin reste le décideur prioritaire pour toute forme d’intervention qu’il juge indispensable.

- Consentement éclairé : Aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé du patient et ce consentement peut être retiré à tout moment. Cet accord fait l’objet d’un document remis par l’établissement et décrit le parcours de soin tel qu’il est prévu. Sa validation constitue un accord de fait avec la mise en place du traitement décrit.

- Enfin, et ceci même indépendamment de toute intervention en établissement de santé, toute personne majeure peut, si elle le souhaite, faire une déclaration écrite, appelée "Directives Anticipées" afin de préciser ses souhaits quant à sa fin de vie, prévoyant ainsi le cas où elle ne serait pas, à ce moment-là, en capacité d'exprimer sa volonté.

On voit donc que sur le sujet, il existe un certain nombre de moyens de faciliter le parcours de soin et de faire en sorte que le patient puisse être partie prenante active dans ce qu’il doit subir. La très grande majorité des interventions se déroulent sans qu’il soit nécessaire de faire références à ces précautions prises par le patient, mais le fait d’avoir anticipé et d’avoir fait clairement connaître son souhait peut dans certains cas éviter qu’une décision contraire à la volonté d’un patient soit prise, faute d’avoir été communiquée.

 
Dernière mise à jour : 21/10/2017
Copyright 2015. All rights reserved.
Retourner au contenu | Retourner au menu